Quartier 21 – Peter McGill
2013 - Dans nos villes de plus en plus denses, rues, trottoirs, places publiques, terrains de stationnement et autres lieux non construits sont presque tous recouverts d’asphalte ou de béton. Ce sont des matériaux malléables, durables et économiques qui offrent des avantages indéniables. C’est le cas, tout particulièrement, de l’asphalte, considéré comme le « matériau miracle » du 20e siècle, et présent plus que tout autre produit manufacturé sur la planète.

--
L’utilisation à outrance d’asphalte et de béton, cependant, a entrainé des effets négatifs sur l’environnement urbain : ils absorbent la chaleur et produisent des « îlots de chaleur », nocifs pour la santé. D’un autre côté, les eaux de pluie ne peuvent plus être absorbées par les sols et surchargent les infrastructures municipales dont les coûts de construction et d’entretien sont élevés.

Le Quartier 21 est un programme expérimental qui vise à implanter des solutions environnementales novatrices dans les quartiers, entre autres pour récupérer les eaux de pluie et prévenir les îlots de chaleur. Premier programme de ce type à être instauré à Montréal, à l’échelle des quartiers, il s’inspire de l’Agenda 21, une stratégie de développement durable lancée à Rio de Janeiro lors du Sommet de la terre en 1992.

La plupart des initiatives mises de l’avant consistent à revenir à des méthodes simples et naturelles plutôt que d’avoir recours à des solutions d’ingénierie, beaucoup plus coûteuses. La ruelle, réinventée, prend l’allure d’un petit chemin de campagne; perméable, à demi recouverte de végétation, elle demeure tout de même carrossable. Murets et clôtures s’inspirent de très simples assemblages que l’on retrouve encore aujourd’hui à l’extérieur des villes.

Le projet incluait la plantation de quarante-cinq nouveaux arbres et l’ensemencement du site avec des plantes indigènes; les surfaces d’asphalte ont été éliminées à plusieurs endroits et remplacées par des pavés de type perméable. On a également implanté une stratégie intégrée de gestion des déchets et un système de récupération de 70% des eaux de pluie grâce à des jardins pluviaux et à des rigoles de drainage biologiques. L’aménagement paysager a été soigneusement conçu pour tenir compte d’un projet adjacent, celui de l’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal, également de l’agence Affleck de la Riva.

C’est un organisme local, l’Éco-Quartier Peter McGill, qui a le mandat, depuis 2007, d’organiser et de gérer le projet Quartier 21. Les fonds proviennent de Santé Canada, de l’Institut de santé publique du Québec et de la Ville de Montréal.
RETOUR
conception + réalisation : volume2.ca